Archives de catégorie : Recettes

A partir de l’huile bio de Palestine, pourquoi ne pas fabriquer son savon ?

Voici un article décrivant les étapes de fabrication de savon par saponification à froid.

Le savon est fabriqué à partir de corps gras (d’origine animale ou végétale) et d’un produit alcalin (basique en d’autre terme, à l’opposé d’acide) comme les cristaux NaOH (hydoxyde de sodium), ou présent dans les cendres de bois (hydroxyde de potassium) ou dans la plante Soude commune (Salsola Soda, qui ressemble à la salicorne) qui contient du carbonate de sodium (plante qui a donné le nom de la soude).

Il existe deux techniques : la saponification à chaud (entre 80 et 100 °C) et à froid (entre 35 et 50°C). La première permet l’obtention d’un savon rapidement utilisable (la réaction chimique est terminée à la fin de la préparation), la seconde permet d’utiliser un savon dont les propriétés des huiles sont peut-être mieux conservées car elles n’ont pas été portées à haute température, la réaction de transformation en savon est plus longue et le savon va contenir de la glycérine. C’est donc cette dernière technique que je vous décline. Elle est nommée SAF ( Saponification A Froid).

Le matériel : des récipients pour mesurer les quantités d’huile et de soude, des récipients pour mélanger les produits, un mixeur, un thermomètre et un moule pour le savon.

Pour ma part, je rajoute un cristallisoir pour refroidir la solution de soude, des béchers, un ballon rodé, un moule , un thermomètre, un agitateur, un mixeur et une spatule.

Les quantités : pour cela , pas de hasard, ni à la louche mais l’utilisation du site internet de SOAPCalc . Pour cet exemple, j’ai utilisé de l’huile d’olive, du beurre de coco, du beurre de coprah , l’huile de ricin et de l’huile d’avocat. Le tout Bio.

300 g d’huile d’olive, 102 g d’huile de Coco , 102 g de Coprah, 42 g d’huile de ricin, 54 g d’huile d’avocat, 192 g d’eau et 86,92 g de pastilles de soude.

Les caractéristiques du savon sont dans les bornes admissibles pour ne pas obtenir un savon trop mou (qui va devenir gluant au contact de l’eau), qui nettoie, qui ne disparait pas au bout de trois utilisations et qui mousse. Le plus important , c’est le surgraissage. Il faut en effet plus d’huile que de soude. J’utilise 9% de surgraissage et cela correspond à 9% *600 =54 g . Ce sera l’huile d’avocat que je mettrai à la trace pour limiter son interaction avec la soude.

1- En premier, on prépare les huiles

On fond les beurres et on réchauffe le mélange des huiles à 41°C.

2 – On prépare la soude (on peut utiliser de la lessive de soude, toute prêtre dans les magasins de bricolage ou les quincailleries) . Je prépare ma solution de soude qui me permet de maîtriser la quantité d’eau qui sera utilisée contrairement à la lessive de soude.

On refroidit la solution de soude qui atteint 80/90°C lors de sa préparation.

3 – Je mets les deux composants à 41 °C, cela évite une “transparence” au centre du savon provoqué par une température non homogène.

Mon mélange d’huiles et ma solution de soude

4 – On mélange avec le mixeur pour obtenir une mayonnaise.

Le moment où lorsqu’on retire le plongeur et l’on constate que les retombées du mélange ne s’enfoncent plus dans le récipient est appelé : la trace.

La trace, moment où le mélange commence à ressembler à une mayonnaise.

5 – On ajoute à la trace , le supplément d’huile, qui réagira peu avec la soude, et donc la peau bénéficiera des propriétés de cette huile. On peut y ajouter des colorants, des fragrances, des argiles, du lait, du miel, des épices (pour colorer), des exfoliants (marc de café), …

6 – On procède au moulage.

On filme pour éviter la décoloration du savon (effet cendre) provoquer par le contact de l’air.

7 – On démoule et découpe 36h à 48h après

8 – Stockage pour la partie appelée la cure. En effet la saponification est une réaction lente à température ambiante. C’est pourquoi, il faut attendre que la réaction soit totale (pour qu’il n’y a plus de soude présente dans le savon) au moins 4 semaines. On peut attendre jusqu’à 6 mois pour rendre le savon plus dur (évaporation de l’eau).

Ces savons sont au séchage. Je ne pourrais les utiliser qu’à partir de juin. Au fond, des savons huile Argan / Argile …

Gratin de pâtisson

– 2 pâtissons moyens
– 1 verre de lait
– 50 g  de beurre
– 3 œufs
– 70 g de gruyère râpé ou de parmesan + 30 g pour faire gratiner
– 1 petite cuillère à café de gingembre
– 1 cuillère à café de sucre
– 1 cuillère à soupe de ciboulette

 
Epluchez les pâtissons, lavez-les, coupez-les en petits dés.

Faites-les cuire 20 minutes dans 2 verres d’eau salée bouillante et un peu de basilic (ou à la vapeur 8 minutes avec 20 cl d’eau salée).

Egouttez bien, le pâtisson rend beaucoup d’eau.

Dans une terrine, battez les jaunes d’œufs avec le lait; ajoutez le gruyère râpé, les épices, le sucre. Battez les blancs en neige, insérer délicatement.

Passez votre pâtisson au mixer. Mélangez-le au contenu de la terrine.

Ajoutez le beurre en petits morceaux.

Beurrez un plat qui va au four. Versez-y la préparation.

Saupoudrez des 30 grammes de gruyère râpé que vous avez réservés,

quelques noisettes de beurre, éventuellement un peu de sel.

Faites dorer au four.

 

 

Navets à l’orientale

  • 8 navets moyens
  • 3 oignons moyens
  • Huile d’olive
  • 1 bouillon cube de volaille dégraissée
  • Cumin en poudre
  • Curry en poudre
  • 100 g d’amandes effilées
  • Une poignée de raisins secs
  • 2 cuillères à soupe rases de Maïzena

 

 

Eplucher les navets et les couper en quartier.

Eplucher les oignons et les émincer.

Faire chauffer 1 litre d’eau avec le bouillon cube et mettre de côté.

 

Mettre un filet d’huile d’olive dans une sauteuse et y faire revenir les oignons jusqu’à suintement. Quand ils sont translucides, verser 4 à 5 cuillères à soupe de bouillon et ajouter les navets. Couvrir et laisser mijoter 5 minutes.

 

Saupoudrer ensuite avec le cumin et le curry en poudre.

Ajouter encore 3 à 4 cuillères à soupe de bouillon et mélanger le tout.

Laisser imprégner 1 ou 2 minutes.

 

Ajouter les raisins secs, le bouillon restant.

Laisser mijoter à feu très doux pendant 40 minutes.

10 minutes avant la fin de la cuisson, délayer la Maïzena avec très peu d’eau et verser dans la sauteuse.

Mélanger bien pour que ça ne fasse pas de grumeaux.

Parsemer le tout avec les amandes effilées et finir de mijoter.

 

 

Salade de betteraves rouges crues

– 1 betterave crue
– 1 bouquet de persil
– 2 cuillères à soupe de moutarde à l’ancienne
– 2 cuillères à soupe de vinaigre balsamique
– 4 cuillères à soupe d’huile d’olive
– 1 pincée de sel

 

Epluchez la betterave puis râpez-la dans un saladier.

 

Mélangez les divers ingrédients pour obtenir une vinaigrette un peu épaisse.

 

Mélangez cette préparation aux betteraves râpées et parsemez de persil.

 

C’est un régal accompagné de tranches de pain grillé.

 

 

Pommes au four et au miel

– 6 pommes reinettes
– 6 cuillères à soupe de miel

– du beurre

 

 

Préchauffez votre four à 260°.

 

Evidez les pommes reinette, ôtez le pédoncule et les pépins.

 

Beurrez un plat allant au four et disposez les pommes.

 

Versez 1 cuillère à soupe de miel dans le cœur de chaque pomme.

 

Versez un verre d’eau dans le fond du plat.

 

Mettre à cuire 20 à 30 minutes au four.

 

 

PAIN COMPLET

1400 g de farine complète

levure de boulanger ou levain

2 cuillères de sel

2 cuillères de miel

¾ de litre d’eau

 

 

 

Mélanger la levure, le sel et le miel dans l’eau tiède.

 

Creuser un puits dans la farine et verser ce mélange en malaxant.

 

Couvrir et laisser reposer 12 heures.

 

Pétrir et former les pains.

 

Fariner la plaque de cuisson et placer les pains.

 

Laisser gonfler quelques temps.

 

Strier puis dorer les pains avec un jaune d’œuf (ou du lait).

 

Enfourner dans un four chaud et cuire 40 minutes.

 

Œufs brouillés aux épinards, oseille et bourrache

  • 150 g de feuilles de bourrache
  • 150 g de feuilles d’épinards
  • 150 g de feuilles d’oseille
  • 2 brins de sarriette
  • 1 gousse d’ail
  • 1 oignon jaune
  • 1 cuiller à soupe d’huile de tournesol
  • 2 pincées de sel, poivre, muscade, curry
  • 16 fleurs de bourrache

Prendre des feuilles d’épinard jeune, (ou de la tétragone), d’oseille et de bourrache. Bien les laver et les essorer.  On peut les couper en fines lanières. Ajouter l’ail pressé, l’oignon et la sarriette hachés. Ajouter le sel, et à votre goût de la muscade, du curry, du poivre …

Préparer 2  casseroles. Dans la plus grande, mettre l’eau à chauffer, et la maintenir sur le feu.

Dans la poêle, faire chauffer l’huile à feu vif, et dès qu’elle commence à frémir, verser la préparation. Dès qu’on voit que les légumes commencent à flétrir, casser les œufs dans la petite casserole, commencer à les battre en les mettant au bain-marie, et introduire au fur et à mesure la préparation. Quand le tout commence à se solidifier, disposer sur les assiettes, avec des fleurs de bourrache pour agrémenter.

Si le goût de la fleur ne vous convient pas, vous pouvez mettre un soupçon de crème fraîche et du fromage, comme du roquefort, du parmesan et même du comté râpé finement.

 

La bourrache : sa fleur bleue étoilée est une invitation à passer à table, et son goût d’huître nous fait parcourir un voyage intérieur.

Sa feuille, quelque peu duveteuse peut être cuite comme les épinards ou l’oseille, ou être mangée en salade quand elle est jeune.

 

 

Gratin de topinambours

– 1 kg de topinambours
– 30 cl de crème liquide ou de crème fraîche
– 4 cuillères à soupe de parmesan râpé
– 3 cuillères à soupe de chapelure  
– 2 cuillères à soupe de thym
– le jus d’un citron
– selpoivre
– un peu d’huile d’olive

Eplucher et couper en rondelles d’environ 5 mm les topinambours.

Les garder dans de l’eau froide. 

Préchauffer le four à 220 degrés. 

Bien mélanger dans une grande terrine la crème, le jus de citron, 3 cuillères à soupe de parmesan, 2 cuillères de chapelure, 1 cuillère de thym

Egoutter les topinambours et bien mélanger à la préparation. 

Verser le tout dans un plat allant au four d’environ 4-5 cm de profondeur. 

Mélanger le reste du parmesan, de la chapelure et du thym, ajouter du sel et du poivre selon le goût, et en saupoudrer le plat. Verser sur le tout quelques gouttes d’huile d’olive. 

Cuire au four pas plus de 30 mn, les topinambours doivent rester croquants. 

On peut mettre au grill les dernières minutes pour faire gratiner.